Sabotage, terrorisme et chaos

NDLR: Lecteurs pressés, lisez ce qui est en gras…

Quand on regarde le monde en face, et compte tenu des innombrables difficultés et conflits de tout ordre qui nous affectent directement ou indirectement, on peut être tenté de se demander « mais où allons-nous? combien de temps pourrons-nous résister à cela? ». Les experts ont une réponse plutôt courageuse si on lui donne son véritable sens, « nul ne sait ce qui peut encore nous arriver demain », ou mieux, « nul ne peut dire qu’elles en seront les conséquences ».

L’humanité toute entière est engagée dans un tourbillon infernal qui se nourrit des problèmes pour en produire d’autres, à un rythme effréné. Ce phénomène, qui existe probablement dans une forme latente, perceptible et mesurable depuis un peu plus d’un siècle, est désormais dans une phase hautement critique. Pour ma part j’estime même que, s’il a été pendant longtemps possible de pouvoir empêcher le pire, nous avons aujourd’hui dépassé un « seuil de non retournement », ce qui rend le mécanisme de broyage inéluctable et ininterruptible.

Depuis l’ère industrielle avec le renfort de la mondialisation et de l’économie globale, une mauvaise répartition des richesses et des gains, une distribution inéquitable des énergies fondamentales, l’injustice, la corruption, les erreurs historiques, les puissances politiques divergentes, le contrôle dans l’ombre, l’absence d’une stratégie globale saine et sage et la « puissance des religions » sont les causes des tensions toujours plus grandes entre les hommes et qui les poussent à s’opposer.

Si les spécialistes et les experts ne parviennent pas à se mettre d’accord sur les conséquences des troubles de la période actuelle et ne font que prévenir qu’elles ne seront pas négligeables, on peut quand même tenter de se faire une idée sur ce qui nous attend.

Pour résumer, on sait déjà que les pays modernes, l’occident en particulier, connaissent de sérieux problèmes économiques, et un ralentissement général de leurs activités. Ce sont eux aussi qui supportent les plus importantes charges structurelles, et qui sont donc aussi les plus vulnérables en théorie, car leur capacité de rebond est finalement assez réduite.

En même temps, le coût des matières premières et des énergies augmente significativement du fait de leur rareté et de leur sécurisation. Les réserves de pétrole et de gaz s’épuisent plus vite que prévu à cause du développement, pourtant prévisible, de l’Asie, les installations sont de plus en plus difficiles à exploiter, et il est de plus en plus dangereux de les acheminer. Presque toutes les zones de production étant en guerre ou en conflit plus ou moins naissant, ceci nécessite des moyens de sécurisation toujours plus lourds, généralement militaires. Pour être plus précis, toute l’économie globale, tout le monde occidental, toutes les populations des pays riches et même les autres ont un modèle de maintien et de développement qui repose directement sur la disponibilité des énergies fondamentales. Une modification même mineure d’un paramètre concernant la disponibilité ou le prix de revient a rapidement une conséquence fantastique sur une quantité de choses qui nous affectera tous, au quotidien.

L’impact sur les individus, essentiellement économique au début, est palpable, il se caractérise par une augmentation des charges et pressions de toutes natures, par la baisse du pouvoir d’achat, et par la rupture de confiance envers le système politique et gouvernemental, gouvernements qui n’ont successivement jamais apporté de réponses miraculeuses, toutes tendances modérées confondues.

Les personnes physiques, les individus, sont les éléments les plus fragiles dans la société, ils ont néanmoins une grande capacité d’adaptation et d’absorption des chocs, d’encaissement des problèmes successifs. Hélas comme toute résistance élastique, il y a toujours un seuil de rupture au delà duquel il serait bien hasardeux de se prononcer concernant la matière humaine.

Les personnes morales, les entreprises, sont le moteur du système, c’est autour d’elles que tout s’organise. Malmenées, ne disposant que de moyens limités pour subsister dans le temps à des longues périodes de ralentissement économique, évoluant dans une sorte de brouillard sans visibilité, subissant des contraintes financières toujours plus grandes, elles sont également sensibles aux troubles. Pour leur survie, elles suspendent l’embauche, ou licencient quand elles ne cessent pas tout simplement d’exister.

Les institutions publiques, au service des gouvernements et des populations, sont également soumises aux mêmes contraintes, plombées par le manque de rentabilité ou de dynamique, et par leur poids.

Face à cette situation, les diverses populations vont réagir de plus en plus violemment, pour atteindre de nouveaux standards. Les manifestations publiques seront de moins en moins pacifiques et toujours plus incontrôlables dans leurs débordements. On a déjà constaté par ailleurs que les forces de l’ordre ne s’opposent plus frontalement aux groupes violents, mais se contentent de protéger les biens publics et privés, au lieu d’entrer en confrontation directe, évitant ainsi probablement de nombreuses victimes.

Les conclusions des expériences passées seront mises à profit. Les gens savent désormais que des actions pacifiques n’apportent plus aucun résultat, ainsi, en marge nous assisterons à des actions violentes, rapides, parfois dévastatrices, opérées par de petits groupes, très mobiles et très motivés. Ces actions seront menées dans un esprit de vengeance, de forte revendication et d’anarchie, tous les problèmes seront mêlés pour finalement s’exacerber à l’occasion des manifestations publiques, chacun en profitant pour exprimer toujours plus de mécontentement. Tous les prétextes seront bons pour s’opposer au système et aux gens qui le font.

Très rapidement, un nouveau type d’action va émerger, on en voit déjà les prémisses. Mais personne n’ose réellement prononcer son nom tant c’est inquiétant. Il s’agit du sabotage. Des actions insidieuses, subversives, difficile à prévenir, qui ont pour but de nuire.

Les sabotages pourront être orchestrés par des individus seuls, ou par des groupes motivés par la vengeance et le désespoir. L’essentiel de ces actions criminelles pourraient ne pas être signées, ni revendiquées ce qui en compliquera leur identification.

Ainsi, nous verrons de plus en plus d’incidents, d’accidents, d’anomalies, de « choses curieuses », à toutes échelles, qui auront des conséquences fâcheuses, sans que nous puissions clairement déterminer avec précision ni les causes ni les auteurs. Pour un bon nombre d’entre eux, il s’agira de sabotage, bien au delà du simple vandalisme. Je pourrais donner de nombreux exemples indémontrables, comme la rupture d’approvisionnement en électricité, la détérioration dans les systèmes de télécommunication, les ralentissements ou obstructions administratives, les perturbations dans les réseaux de transport, les malfaçons industrielles, les procédures de contrôles bâclées, mais néanmoins validées, faussant les informations, etc. Il existe des centaines d’hypothèses.

De plus en plus de gens ont conscience de pouvoir « ralentir », « paralyser », ou « parasiter » le système économique ou des décisions politiques en agissant par le sabotage.

Le sabotage est une forme de criminalité très opaque contre laquelle il est très difficile de lutter, tous les domaines peuvent être concernés. Une fois répandue, il me paraît peu probable que nous puissions aisément rétablir un climat sain et sécurisé.

Au delà du sabotage, il y a le terrorisme.

Pour le moment, on associe essentiellement le terrorisme à l’islamisme radical, or je rappelle que le terrorisme n’est évidemment pas toujours motivé par le fanatisme religieux. Dans l’avenir, le terrorisme pourrait être lié à toutes les formes de revendication, largement inspiré par le terrorisme islamique.

Le terrorisme est une notion qui doit définir tout ce qui amène ou installe la terreur dans l’esprit des gens. Il se formalise par des actions violentes, sournoises, inattendues. Ainsi, par exemple, je qualifierai de terroristes un groupe de producteurs de vin qui s’organise pour monter une opération de destruction de stock controversé, où les membres qui participent à l’opération sont cagoulés et armés n’hésitant pas à s’attaquer y compris aux forces de l’ordre en les faisant reculer ou fuir. Par ces propos je ne juge pas si ces actions, ou la manière de les mener, sont justifiées ou non, je dis simplement qu’il s’agit de terrorisme. En novembre 2005 lors des émeutes en France, j’avais déjà parlé de terrorisme urbain, propos repris dans la presse. Bientôt, nous pourrions voir émerger des opérations « commando » ici ou là, organisées par de petits groupes de gens en rupture sociale et économique, qui pourraient par exemple prendre d’assaut des centres commerciaux, dérober des biens, et s’enfuir très rapidement avec toujours des victimes innocentes, personnes morales ou physiques. Si en plus, comme je le pense, ceux qui participeront à de telles opérations seront cagoulés, nous serons bien en présence selon moi d’une action criminelle terroriste.

Un autre exemple me semble encore plus parlant. Quand le litre d’essence sera à deux euros ou plus, croyez-vous que nos véhicules seront à l’abri des vols de carburant par le perçage des réservoirs?

Une société humaine moderne, confrontée en permanence à une criminalité complexe, mêlant sabotages et terrorisme plongera dans le chaos. Cette idée me paraît tout à fait réaliste, sévère, mais réaliste. Qui pourrait nous assurer, nous affirmer, nous garantir même qu’une société civilisée républicaine avec tout ce que cela implique puisse s’en sortir, ou même simplement se maintenir, dans un environnement turbulent, instable, oppressant et que chaque individu ne va pas subir directement les aléas de telles situations par nature inmaîtrisables?

Même si je suis conscient de passer pour un déclinologue, selon la formule de certains, je peux quand même proposer aux plus objectifs d’entre nous de se préparer à vivre des moments plutôt difficiles, prochainement, au cas où. Face au pire, on s’en sort toujours mieux quand on est prêt et informé, et si on y réchappe on pourra toujours se dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Olivier RIMMEL
Analyste
Avril 2006