L’ évolution de l’homme

Dans différentes rubriques de ce site, nous avons vu qu’il n’existe aucun mécanisme naturel qui permet aux êtres vivants d’évoluer et que les espèces vivantes sont apparues, non pas grâce à un processus évolutif mais plutôt de manière soudaine dans leur structure parfaite que nous connaissons aujourd’hui. Cela signifie, qu’elles ont été créées individuellement et que par conséquent « l’évolution humaine » n’a jamais eu lieu.

Que proposent donc les évolutionnistes comme base pour cette histoire?

Cette base c’est l’existence de nombreux fossiles que les évolutionnistes utilisent pour fabriquer leurs interprétations imaginaires. Tout au long de l’histoire, plus de 6.000 espèces de singes ont vécu et plusieurs d’entre elles se sont éteintes. Aujourd’hui, seul 120 espèces vivent encore sur terre. Ces 6.000 espèces environ, dont la majorité s’est éteinte, constituent une mine intarissable pour les évolutionnistes.

Les évolutionnistes ont rédigé le scénario de l’évolution humaine en arrangeant dans l’ordre croissant, du plus petit au plus grand, quelques crânes adaptés à leur objectif; ils ont également mis des crânes de certaines races humaines éteintes depuis longtemps. Conformément à ce scénario, les hommes et les singes modernes ont les mêmes ancêtres. Ces créatures ont évolué dans le temps et certaines d’entre elles sont devenues les singes que l’on connaît aujourd’hui alors qu’un autre groupe est devenu l’homme d’aujourd’hui, suivant une autre branche de l’évolution.

Toutefois, toutes les découvertes paléontologiques, anatomiques et biologiques ont démontré que cette prétendue évolution n’est que fiction comme toutes les autres. Aucune preuve irréfutable n’a été présentée pour prouver qu’il existe une relation entre l’homme et le singe, exception faite des contrefaçons, distorsions, dessins et commentaires trompeurs.

Les archives fossiles nous indiquent que tout au long de l’histoire, les hommes ont toujours été des hommes et les singes toujours des singes. Les fossiles présentés par les évolutionnistes comme ancêtres des hommes, appartiennent en fait à des races humaines ayant vécu jusqu’à environ 10.000 années plus tôt, puis ont fini par disparaître. En outre, plusieurs communautés humaines vivant aujourd’hui ont les mêmes traits physiques que ces races éteintes, que les évolutionnistes prétendent être les ancêtres de l’homme. Ces faits sont des preuves tangibles que l’homme n’est jamais passé par un processus évolutif quelle que soit l’époque historique.

Le plus important dans tout cela, c’est qu’il existe de nombreuses différences anatomiques entre les singes et les hommes et qu’aucune d’entre elles n’est du genre à survenir à travers un processus évolutif. Par exemple, le fait d’être un « bipède » est une caractéristique propre à l’homme et constitue le trait principal qui distingue celui-ci des autres animaux.

L’arbre généalogique imaginaire de l’homme

Selon ce que prétend Darwin, l’homme moderne a évolué à partir de créatures qui ressembleraient à des singes. Pendant ce prétendu processus évolutif, qui aurait débuté 4 à 5 millions d’années auparavant, des « formes transitionnelles » auraient existé; elles constituent la transition entre l’homme moderne et ses ancêtres. Selon ce scénario complètement imaginaire, quatre « catégories » élémentaires sont établies:

1- Australopithèques

2- Homo Habilis

3- Homo Erectus

4- Homo Sapiens

Les évolutionnistes appellent le prétendu premier ancêtre commun de l’homme et du singe, « l’Australopithèque ». Ce nom signifie « singe d’Afrique du Sud ». L’Australopithèque, qui n’est autre qu’une ancienne espèce de singe disparue depuis longtemps, existait sous différents types. Certains sont forts, alors que d’autres sont plus petits de taille et plus minces.

UN SEUL OS DE MACHOIRE COMME LE DEBUT DE L’INSPIRATION

Le premier fossile de Ramapithèques trouvé: une mâchoire manquante composée de deux parties (sur la droite). Les évolutionnistes ont osé dessiner les Ramapithèques, leurs familles et l’environnement dans lequel ils ont vécu, sur la seule base de ces deux os de mâchoires.

Les évolutionnistes classifient l’étape suivante de l’évolution humaine sous l’appellation « Homo » c’est-à-dire « homme ». Selon ce que prétendent les évolutionnistes, les être vivants de la série Homo sont plus développés que l’Australopithèque et pas très différents de l’homme moderne. Celui-ci, en l’occurrence l’Homo Sapiens, est supposé s’être développé lors de la dernière étape de l’évolution de cette espèce.

Les fossiles comme « l’homme de Java », « l’homme de Pékin » et « Lucy », qui apparaissent dans les médias de temps à autre et dont regorgent les ouvrages et manuels évolutionnistes, font partie de l’une des quatre espèces mentionnées plus haut. On pense également que ces espèces se divisent en sous-espèces.

Certaines formes transitionnelles du passé, tels les Ramapithèques, ont dû être exclues de l’arbre généalogique imaginaire de l’évolution après que l’on s’est rendu compte qu’il ne s’agissait que de singes très ordinaires.69

En établissant la chaîne de relation sous cette forme « Australopithèques> Homo Habilis> Homo Erectus> Homo Sapiens », les évolutionnistes sous-entendent que chacune de ces espèces est l’ancêtre de l’autre. Toutefois, les récentes découvertes effectuées par les paléoanthropologues ont révélé que l’Australopithèque, l’Homo Habilis, l’Homo Erectus existaient dans différentes parties du monde à la même époque. De plus, une certaine partie des humains classifiés en tant que Homo Erectus ont vécu jusqu’à une période proche des temps modernes. L’Homo Sapiens Néandertalien et l’Homo Sapiens (l’homme moderne) ont existé côte à côte dans la même région. Cette situation indique l’infondé des allégations évolutionnistes, en l’occurrence que les uns sont les ancêtres des autres.

Intrinsèquement, toutes les découvertes et recherches scientifiques ont révélé que les fossiles n’indiquent pas qu’un processus évolutif a eu lieu comme le prétendent les évolutionnistes. Les fossiles, que les évolutionnistes considèrent comme les ancêtres de l’humanité, appartiennent en fait à diverses espèces d’hommes ou de singes.

Par conséquent, quels sont les fossiles humains et quels sont ceux des singes? Est-il possible d’en considérer quelques-uns comme des formes transitionnelles? Pour avoir les réponses, il va falloir examiner de plus près chaque catégorie.

L’Australopithèque: une espèce de singe

L’Australopithèque, c’est-à-dire la première catégorie, signifie « le singe du sud ». On croit que ces créatures sont apparues pour la première fois en Afrique il y a 4 millions d’années de cela et qu’elles auraient vécu jusqu’à 1 million d’années avant notre époque. Il existe quelques catégories au sein des Australopithèques. Les évolutionnistes croient que la plus ancienne espèce d’Australopithèque est l’Australopithèque Afarensis. Après cela l’A. Africanus, qui a des os plus minces, puis l’A. Robustus, dont les os sont relativement plus robustes. En ce qui concerne l’A. Boisei, quelques chercheurs l’acceptent en tant qu’espèce différente alors que d’autres le considèrent comme une sous-espèce de l’A. Robustus.

Toutes les espèces d’Australopithèques sont des singes qui n’existent plus mais qui ressemblent à ceux que l’on connaît aujourd’hui. Leurs capacités crâniennes sont similaires voire plus faibles que celles des chimpanzés que l’on connaît aujourd’hui. Leurs mains et leurs pattes sont dotées d’organes en saillie qui leur permettent de s’accrocher et d’escalader les arbres exactement comme le font les chimpanzés de nos jours. Leurs pieds leur permettent de s’accrocher aux branches d’arbres. Ils sont de petite taille (maximum 130 cm) et à l’instar des chimpanzés d’aujourd’hui, les Australopithèques mâles sont plus grands que les femelles. Plusieurs traits comme leur crâne, le rapprochement des yeux, la molaire tranchante, la structure mandibulaire, les mains longues et les pieds de petite taille sont autant de preuves qui démontrent que ces êtres vivants n’étaient pas différents des singes actuels.

Les évolutionnistes prétendent que même si les Australopithèques ont l’anatomie d’un singe, ils marchaient debout comme les humains et non pas comme les singes.

« Marcher debout » comme le prétendent les évolutionnistes est en réalité une opinion soutenue depuis des décennies par les paléoanthropologues tels Richard Leakey et Donald C. Johanson. Toutefois, plusieurs scientifiques ont mené des recherches sur les structures squelettiques des Australopithèques et ont réfuté cet argument. Des recherches poussées effectuées sur des spécimens d’Australopithèque par deux anatomistes anglais et américain de renommée mondiale, en l’occurrence Lord Solly Zuckerman et le Professeur Charles Oxnard, ont prouvé que ces créatures n’étaient pas des bipèdes et qu’elles avaient la même démarche que celle des singes d’aujourd’hui. Après avoir étudié les os de ces fossiles pendant 15 ans grâce au financement accordé par le gouvernement britannique, Lord Zuckerman assisté d’une équipe de 5 spécialistes est arrivé à la conclusion suivante: les Australopithèques n’étaient qu’une espèce ordinaire de singes et n’étaient absolument pas des bipèdes, malgré le fait que Zuckerman est lui-même un évolutionniste.70 De plus, Charles E. Oxnard, un autre évolutionniste connu pour les recherches qu’il a menées sur la question, a également établi la relation entre le squelette de l’Australopithèque et les orangs-outans modernes.71 Enfin, en 1994 une équipe de l’Université de Liverpool a inauguré une recherche d’une grande ampleur afin d’aboutir à une décision finale. L’équipe a conclu que « les Australopithèques sont des quadrupèdes ».72

Bref, les Australopithèques n’ont aucun lien avec les humains et ne sont qu’une espèce de singes qui s’est éteinte depuis longtemps.

Homo Habilis: le singe qui fut présenté comme un humain

La grande similitude qui existe entre les structures squelettiques et crâniennes des Australopithèques et des chimpanzés en plus de la preuve établie que ces créatures ne marchaient pas debout, a causé d’énormes difficultés aux paléoanthropologues. Car, selon la machination imaginée par les évolutionnistes, l’Homo Erectus vient après l’Australopithèque. Comme le préfixe « homo » (c’est-à-dire humain) l’indique, Homo Erectus est une catégorie humaine et son squelette est droit. Sa capacité crânienne est deux fois plus grande que celle de l’Australopithèque. Une transition directe à partir de l’Australopithèque, qui est un singe ressemblant au chimpanzé, vers l’Homo Erectus qui a un squelette similaire à celui de l’homme de nos jours, est tout à fait invraisemblable même selon la théorie de l’évolution. Par conséquent, « les liens » en l’occurrence les « formes transitionnelles » sont nécessaires. C’est de cette nécessité qu’est né l’Homo Habilis.

L’Australopithèque Afarensis: un singe dont l’espèce est éteinte

Le premier fossile trouvé en Ethiopie, Hadar, supposé appartenir à l’espèce Australopithecus Afarensis: AL 288-1 ou « Lucy ». Pendant longtemps, les évolutionnistes ont tout essayé pour prouver que « Lucy » était capable de marcher debout; toutefois les dernières recherches ont établi que celle-ci était un singe ordinaire qui ne pouvait pas marcher debout.

UN AUSTRALOPITHEQUE UN CHIMPANZE MODERNE

Ci-dessus, nous voyons le crâne du fossile Australopithèque Afarensis AL 444-2, et ci-dessous le crâne d’un singe contemporain. La similitude évidente prouve que A. Afarensis est une espèce de singe ordinaire sans la moindre caractéristique « humaine ».

C’est durant les années 60 que la classification de l’Homo Habilis a été avancée par la famille Leakeys, qui est une famille de « chasseurs de fossiles ». Selon les Leakeys, cette nouvelle espèce qu’ils ont classifiée comme Homo Habilis est dotée d’une capacité crânienne assez large, de la possibilité de marcher debout et d’utiliser des instruments fabriqués en pierre ou en bois. Ainsi, cette espèce aurait pu être l’ancêtre de l’homme.

Les fossiles de cette même espèce, découverts au cours des années 80 allaient complètement changer cette donne. Certains chercheurs tels que Bernard Wood et C. Loring Brace se basaient sur ces fossiles trouvés récemment pour déclarer que l’Homo Habilis, qui signifie « l’homme capable d’utiliser des outils » devait être classé parmi les Australopithèques Habilis, en l’occurrence « le singe sud-africain capable d’utiliser des outils ». Car l’Homo Habilis partageait plusieurs caractéristiques avec les singes appelés Australopithèques. Il avait les mains longues, les jambes courtes et un squelette similaire à celui des Australopithèques. Ses doigts et orteils étaient parfaitement adaptés à l’escalade. Sa structure mandibulaire était très similaire à celle des singes de nos jours. La capacité crânienne moyenne de l’Homo Habilis était de 600 cm3 ce qui indique qu’il s’agissait bien d’un singe. Bref, l’Homo Habilis, qui fut présenté comme une espèce différente par certains évolutionnistes, était en fait une espèce de singe comme tous les autres Australopithèques.

L’Homo Habilis: une autre espèce de
singe éteinte

Pendant longtemps, les évolutionnistes ont soutenu que les créatures appelées Homo Habilis pouvaient marcher debout. Ils pensaient avoir trouvé le lien entre le singe et l’homme. Toutefois, les nouveaux fossiles Homo Habilis que Tim White a découverts en 1986 et baptisés OH 62 réfutaient cette assertion. Ces fragments de fossiles ont démontré que l’Homo Habilis avait de longs bras et de petites jambes, exactement comme les singes contemporains. Ce fossile a mis fin à l’affirmation que l’Homo Habilis était un bipède capable de marcher droit. En réalité, Homo Habilis n’était rien d’autre qu’un membre d’une espèce de singes.

« OH 7 Homo Habilis » ci-dessous à gauche a été le fossile qui décrivait le mieux les caractéristiques mandibulaires des espèces Homo Habilis. Ce fossile est doté de grandes dents incisives. Ses molaires sont petites. La forme de la mandibule est carrée. Toutes ces caractéristiques rendent ces mandibules très similaires à celles des singes contemporains. Autrement dit, la mandibule de l’Homo Habilis confirme une fois de plus que ce vivant est en réalité un singe.

Les recherches effectuées plus tard ont en effet indiqué que l’Homo Habilis n’était pas différent des Australopithèques. Les fossiles du crâne et du squelette OH62 trouvés par Tim White ont démontré que ces espèces avaient une capacité crânienne réduite, des mains longues et des jambes courtes, ce qui leur permettait d’escalader les arbres exactement comme le font les singes aujourd’hui.

Les analyses détaillées, conduites par l’anthropologue américaine Holly Smith en 1994, indiquent que l’Homo Habilis n’était pas un « homo », c’est-à-dire « humain » mais plutôt un « singe ». A propos des analyses effectuées sur les dents des Australopithèques, Homo Habilis, Homo Erectus et Homo Néandertalien, Smith a déclaré ce qui suit:

« Si l’on se restreint dans les analyses fossiles aux spécimens qui remplissent ces critères, les modèles du développement dentaire des Australopithèques graciles et Homo Habilis restent classifiés parmi les singes africains. Ceux des Homo Erectus et du Néandertalien sont classés avec les humains. » 73

Au cours de la même année, Fred Spoor, Bernard Wood et Frans Zooneveld, des spécialistes en anatomie, sont arrivés à la même conclusion par le biais d’une méthode complètement différente. Celle-ci était basée sur une analyse comparative des canaux semi-circulaires dans l’oreille interne des humains et des singes qui permettent de se tenir en équilibre. Les canaux des humains, qui marchent droits, différaient considérablement de ceux des singes, qui marchaient courbés. Les canaux des oreilles internes des Australopithèques, pour ne citer que ceux-là, et les spécimens des Homo Habilis analysés par Spoor, Wood et Zonneveld étaient similaires aux singes actuels. Les canaux des oreilles internes des Homo Erectus étaient les mêmes que ceux de l’homme d’aujourd’hui.74

Cette découverte a donné deux résultats importants:

1- Les fossiles connus sous l’appellation Homo Habilis n’appartenaient pas à la catégorie « homo », c’est-à-dire, la catégorie humaine, mais plutôt à celle des Australopithèques, en l’occurrence les singes.

2- L’Homo Habilis et l’Australopithèque avaient tous les deux une démarche courbée et par conséquent le squelette d’un singe. Ils n’avaient aucune relation avec les humains.

Homo Rudolfensis: le visage articulé incorrectement

Le terme Homo Rudolfensis est le nom donné à quelques fragments fossiles déterrés en 1972. La catégorie que ce fossile est sensé représenter était appelée Homo Rudolfensis puisque ces fragments fossiles avaient été trouvés à Rudolf River au Kenya. La majorité des paléoanthropologues a accepté l’idée que ces fossiles n’appartenaient pas à une espèce distincte mais qu’en réalité l’être vivant appelé Homo Rudolfensis était un Homo Habilis.

Richard Leakey, qui a déterré les fossiles, présenta le crâne qu’il avait appelé « KNM-ER 1470 » et déclara que celui-ci était vieux de 2,8 millions d’années. C’était la plus grande découverte de l’histoire de l’anthropologie. Elle eut un effet considérable. Selon Leakey, cet être, qui avait une capacité crânienne réduite comme les Australopithèques mais également le visage d’un homme, était le lien manquant entre l’Australopithèque et l’être humain. Cependant après un court laps de temps, on a découvert que le visage quasi-humain du crâne KNM-ER 1470 qui apparaissait fréquemment sur les couvertures des revues scientifiques résultait en fait d’une articulation défectueuse des fragments crâniens. Ceci aurait pu être un acte délibéré. Le Professeur Tim Bromage, qui a mené des études sur le visage humain, a dévoilé en 1992 ce fait à l’aide d’une simulation assistée par ordinateur:

« Lorsqu’il (KNM-ER 1470) a été reconstitué pour la première fois, le visage a été adapté à la boîte crânienne de manière presque verticale, presque comme les visages plats des humains modernes. Or, les études effectuées récemment sur les relations anatomiques démontrent que le visage devait être largement saillant, créant ainsi un aspect de singe, plutôt comme les visages des Australopithèques. » 75

Le paléoanthropologue évolutionniste J. E. Cronin commente ce fait de la manière suivante:

« …son visage construit de manière relativement robuste, son clivus naso-alvéolaire plutôt plat, (rappelant les faces plates des Australopithèques), une largeur crânienne maximale réduite (au niveau des temporales), des canines solides et de larges molaires (comme l’indiquent les racines qui restent) sont des traits relativement primitifs qui allient le spécimen aux membres du taxon Australopithèque Africanus. » 76

C. Loring Brace de l’Université du Michigan est arrivé à la même conclusion après les analyses qu’il a réalisées sur la mâchoire et la structure dentaire du crâne 1470 et a déclaré que la taille de la mâchoire et de la partie contenant les molaires ont démontré que ER 1470 avait exactement le visage et les dents d’un Australopithéque.77

Le professeur Alan Walker, un paléoanthropologue de l’Université de John Hopkins qui a effectué des recherches sur KNM-ER 1470 comme Leakey, défend l’idée que cet être vivant ne doit pas être classifié en tant que « homo », c’est-à-dire une espèce humaine comme Homo Habilis ou Homo Rudolfensis, mais plutôt inclut parmi l’espèce Australopithèque.

Pour résumer, les classifications comme Homo Habilis ou Homo Rudolfensis qui sont présentées comme des liens transitionnels entre les Australopithèques et les Homo Erectus sont totalement imaginaires. Comme beaucoup de chercheurs l’ont confirmé récemment, ces êtres vivants sont membres de la série Australopithèque. Toutes leurs caractéristiques anatomiques démontrent qu’ils sont tous membres d’une espèce de singe ou d’une autre. 78

Ce fait a été confirmé par une étude de deux anthropologues évolutionnistes, Bernard Wood et Mark Collard, publiée en 1999 dans la revue Science. Wood et Collard ont expliqué que les catégories de l’Homo Habilis et de l’Homo Rudolfensis (le crâne 1470) étaient imaginaires et que les fossiles qui leur ont été attribués doivent correspondre au genre Australopithèque:

« Plus récemment, des espèces fossiles ont été attribuées à l’Homo sur la base d’une similitude absolue de la taille du cerveau, les interférences au niveau de la capacité linguistique et de la fonction des mains, ainsi que leur capacité à façonner des outils en pierre. Sauf rares exceptions, la définition et l’utilisation du genre dans le cadre de l’évolution humaine et la délimitation de l’Homo n’ont jamais été considérées comme des notions problématiques. Toutefois, les données récentes, les nouvelles interprétations des preuves disponibles, et les limites des archives 2paléoanthropologiques réfutent les critères actuels qui régissent l’attribution des taxa à l’Homo… En pratique, les fossiles des hominidés sont classés en tant qu’Homo sur la base d’un critère ou plus sur quatre… Il est évident maintenant qu’aucun de ces critères n’est satisfaisant. Le « Rubicon cérébral » pose problème car la capacité crânienne absolue n’a pas beaucoup de sens sur le plan biologique. De même, il existe des preuves irréfutables que la capacité du langage ne saurait être déduite de l’apparence grossière du cerveau et que les parties cérébrales dont dépend le langage ne sont pas si bien localisées comme l’avaient laissé entendre les études précédentes…

…En d’autres termes, avec les hypodigmes de Homo Habilis et Homo Rudolfensis qui lui sont attribués, le genre Homo n’est pas un bon genre. Ainsi, H. Habilis et H. Rudolfensis (ou Homo Habilis au sens large pour ceux qui n’adhèrent pas à la subdivision taxonomique du « premier Homo » DOIVENT ETRE RETIRES du genre Homo. L’alternative taxonomique évidente, en l’occurrence le transfert d’une ou des deux taxa à l’un des premiers hominidés (hominin genera) existants, n’est sûrement pas dénuée de problèmes. Mais, NOUS RECOMMANDONS QUE, POUR LE MOMENT, HOMO HABILIS ET HOMO RUDOLFENSIS SOIENT TRANSFERES AU GENRE DES AUTRALOPITHEQUES. » 79

Les conclusions tirées par Wood et Collard confirment ce que nous venons d’expliquer. Il n’y a jamais eu d' »ancêtres humains » à travers l’histoire. Les créatures présentées en tant que tels sont en réalité des singes qui doivent être classés dans le genre Australopithèque. Les archives fossiles démontrent qu’il n’existe aucune relation évolutive entre les singes disparus et l’Homo, l’être humain, qui apparaît soudainement dans les archives fossiles.

Homo Erectus, puis par la suite, les êtres humains

Selon les plans imaginés par les évolutionnistes, l’évolution interne de l’espèce Homo s’est effectuée dans l’ordre suivant: premièrement, l’Homo Erectus, puis l’Homo Sapiens archaïque et l’homme de Neandertal, plus tard l’homme de Cro-Magnon et après l’homme moderne. Cependant, toutes ces classifications ne sont en réalité que des races humaines originales. La différence entre elles n’est pas plus grande que celle entre un inuit et un noir ou un pygmée et un Européen.

Examinons alors en premier chef l’Homo Erectus, qui est présenté comme l’espèce la plus primitive. Comme le sous-entend le terme « erect », « Homo Erectus » signifie « l’homme marchant droit ». Les évolutionnistes ont dû distinguer ces hommes des précédents en ajoutant la qualité de « droiture » car tous les fossiles d’Homo Erectus disponibles sont droits à un point qui n’a pas été observé chez les spécimens d’Australopithèques ou d’Homo Habilis. Il n’existe aucune différence entre le squelette de l’homme moderne et celui de l’Homo Erectus.

La raison principale qu’invoquent les évolutionnistes pour définir l’Homo Erectus en tant que « primitif » est sa capacité crânienne (900-1.100 cm3), plus réduite que la moyenne chez l’homme moderne, ainsi que ses sourcils épais. Cependant, il y a de nombreuses personnes de nos jours qui ont la même capacité crânienne que l’Homo Erectus (par exemple, les pygmées) et il existe d’autres races qui ont des sourcils saillants (les aborigènes australiens à titre d’exemple).

L’Homo Erectus: une ancienne race humaine

Homo Erectus signifie « l’homme qui se tient droit ». Tous les fossiles inclus dans cette espèce appartiennent à des races humaines particulières. Puisque la majorité des fossiles des Homo Erectus ne partage pas la même caractéristique, il est assez difficile de définir ces hommes selon leurs crânes. C’est la raison pour laquelle divers chercheurs évolutionnistes ont établi plusieurs classifications et appellations. Ci-dessus sur la gauche, nous pouvons voir un crâne qui a été découvert à Koobi Fora, en Afrique en 1975. Il définit globalement l’Homo Erectus. Sur la droite, un crâne: Homo Ergaster KNM-ER 3733, est celui qui recouvre les mystères en question.

Les capacités crâniennes de tous ces fossiles Homo Erectussont de 900 à 1100 cm3. Ces chiffres correspondent aux limites des capacités crâniennes contemporaines.

KNM-WT 15000 ou le squelette de l’enfant de Turkana sur la droite est probablement le plus vieux et le plus complet des fossiles humains trouvés à ce jour. Les recherches menées sur ce fossile, supposé être vieux de 1,6 millions d’années, démontrent qu’il appartient à un enfant de 12 ans dont la taille aurait atteint 1,80 m s’il avait vécu jusqu’à l’adolescence. Ce fossile, qui ressemble largement à la race du Neandertal, est la preuve par excellence qui réfute la thèse évolutionniste.

L’évolutionniste Donald Johnson décrit ce fossile en ces termes: « Il était grand et mince. Sa forme corporelle et ses membres ressemblent largement à ceux des Africains équatoriaux. La taille de ses membres était parfaitement adaptée à celle des adultes blancs d’Amérique du Nord. »

Tout le monde s’accorde sur le fait que la différence de la capacité crânienne ne signifie pas nécessairement une différence dans le niveau d’intelligence ou dans les capacités. L’intelligence dépend plus de l’organisation interne du cerveau que du volume de celui-ci.80

Les fossiles qui ont fait connaître l’Homo Erectus au monde entier sont ceux de l’homme de Pékin et l’homme de Java trouvés en Asie. Toutefois, on s’est rendu compte après que ces deux fossiles n’étaient pas une source solide. L’homme de Pékin consistait d’éléments faits en plâtre puisque les originaux étaient perdus, alors que l’homme de Java se « composait » d’un fragment de squelette en plus d’un os de pelvis trouvé à quelques mètres du squelette sans la moindre indication que cet os de pelvis a bel et bien appartenu à ce même être humain. C’est pour cette raison que les fossiles de l’Homo Erectus trouvés en Afrique ont eu cette importance grandissante. (Il y a lieu de précser que certains fossiles appartenant prétendument à l’Homo Erectus ont été inclus dans une seconde catégorie appelée « Homo Ergaster » par certains évolutionnistes. Il existe un désaccord entre eux à ce sujet. Nous considérerons tous ces fossiles comme faisant partie de l’Homo Erectus.)

DES MARINS DE SEPT CENT MILLE ANS
« Les premiers humains étaient plus intelligents que nous le pensons… »

Publié dans le New Scientist, le 14 mars 1998. Selon cette information, les humains appelés Homo Erectus par les évolutionnistes étaient des marins habiles 700 milles ans auparavant. Ces humains, qui détenaient suffisamment de connaissances et de technologie et possédaient une culture qui leur permettait d’utiliser les voies marines pour le transport, ne sauraient être considérés « primitifs ».

Le spécimen le plus célèbre parmi les Homo Erectus trouvés en Afrique est celui de « Narikotome Homo Erectus » ou l' »Enfant de Turkana » trouvé à proximité du lac Turkana, Kenya. Il a été confirmé que ce fossile était celui d’un enfant de 12 ans, qui aurait mesuré 1,83 m lorsqu’il était adolescent. La structure droite du squelette est similaire à celle de l’homme moderne. A ce propos, le paléoanthropologue Alan Walker a déclaré qu’il doutait qu’un « pathologiste moyen puisse faire la différence entre le squelette du fossile et celle d’un homme moderne ».81 En ce qui concerne le crâne, Walker a déclaré « qu’il ressemblait beaucoup à celui d’un homme de Neandertal ».82 Comme nous allons le voir dans le prochain chapitre, le Neandertal est une race d’homme moderne. Aussi, l’Homo Erectus est-il lui aussi une race d’homme moderne.

Même l’évolutionniste Richard Leakey affirme que les différences entre Homo Erectus et l’homme moderne ne sont pas plus qu’une variété raciale:

« Nous devons également voir la différence dans la forme du crâne, le degré de saillie du visage, la robustesse des arcades, etc… Ces différences ne sont plus prononcées que celles qui existent de nos jours entre les races géographiquement distinctes des humains modernes. Cette différence biologique se manifeste lorsque les populations sont séparées géographiquement les unes des autres pendant un laps de temps considérable. » 83

Le Professeur William Laughlin de l’Université du Connecticut a effectué des examens anatomiques très poussés sur les inuits et les populations des îles Aleut. Il a constaté qu’ils étaient très similaires à l’Homo Erectus. Il en a conclu que ces races disparues étaient en fait diverses races d’Homo Sapiens (homme moderne).

« Lorsque l’on observe les grandes différences qui séparent des groupes éloignés tels que les eskimos et les aborigènes, qui appartiennent à la catégorie Homo Sapiens, il nous parait justifié de conclure que le Sinanthrope (un spécimen erectus – ALC) appartient à cette même espèce diverse. » 84

Nous avons souvent entendu ces derniers temps au sein de la communauté scientifique que l’Homo Erectus est une classification superflue et que les fossiles attribués à la catégorie Homo Erectus ne sont pas si différents des Homo Sapiens au point de les considérer comme une espèce à part. La revue American Scientist a résumé les discussions à propos de cette question. Une conférence a été tenue à ce propos en 2000:

« La majorité des participants à la conférence de Senckenberg ont été impliqués dans un débat enflammé, lancé par Milford Wolpoff de l’Université du Michigan, Alan Thorne de l’Université de Canberra et leurs collègues, sur le statut taxonomique de l’Homo Erectus. Ils ont appuyé avec force que l’Homo Erectus n’était pas valide en tant qu’espèce et que celle-ci devait ainsi être éliminée. Tous les membres du genre Homo, depuis 2 millions d’années jusqu’à nos jours, n’étaient finalement qu’une seule grande espèce variée, Homo Sapiens, sans interruptions ni subdivisions naturelles. Le sujet de la conférence: l’Homo Erectus n’existait pas. » 85

Le Neandertal: des hommes robustes
Ci-dessus, un Homo Sapiens Neanderthalenssis, Amud, un crâne découvert en Israël. Le Neandertal est connu pour sa robustesse tout en étant de petite taille. Il n’en demeure pas moins que le propriétaire de ce crâne devait mesurer 1,80 de taille. Sa capacité crânienne est le plus grande jamais découverte: 1740 cm3. Pour toutes ces raisons, ce fossile figure parmi les preuves principales qui réfutent la thèse que le Neandertal était une espèce primitive.

Dire que « l’Homo Erectus n’existait pas » signifie que « l’Homo Erectus n’est pas une espèce différente de l’Homo Sapiens, mais plutôt qu’elle fait partie intégrante de celle-ci ».

Par ailleurs, il existe une grande faille entre l’Homo Erectus, la race humaine et les singes qui précèdent l’Homo Erectus dans le scénario de « l’évolution humaine », (Australopithèque, Homo Habilis, Homo Rudolfensis). Ceci signifie que les premiers hommes sont apparus soudainement dans les archives fossiles et directement sans une histoire évolutive. Il ne peut y avoir d’indication plus claire sur le fait qu’ils ont été créés.

Or admettre ce fait va à l’encontre de toute la philosophie dogmatique et l’idéologie prônées par les évolutionnistes. Ainsi, ils tentent de présenter l’Homo Erectus, qui est une véritable race humaine, en tant que créature à moitié singe. Dans leurs reconstitutions d’Homo Erectus, ils persistent à dessiner des traits simiens. Par ailleurs, avec des méthodes de dessins similaires, ils humanisent les singes tels que les Australopithèques ou Homo Habilis. Grâce à cette méthode, ils cherchent à « dresser une approximation » entre les singes et les humains et combler ainsi la faille entre ces deux catégories

Le Neandertal

DE FAUX MASQUES: Même si le Neandertal n’était pas différent de l’homme moderne, il est toujours représenté comme un homme-singe par les évolutionnistes.
Les hommes de Neandertal sont des êtres humains qui sont apparus soudainement 100 mille années auparavant en Europe puis ils sont disparus – ou ont été assimilés en se mélangeant à d’autres races – doucement mais rapidement il y a de cela 35 mille ans. Leur unique différence en comparaison avec l’homme moderne est leur squelette qui est plus robuste et leur capacité crânienne qui est légèrement plus grande.

Les hommes de Neandertal sont une race humaine et ce fait est admis par presque tous aujourd’hui. Les évolutionnistes ont tous essayé pour les faire paraître comme des « espèces primitives ». Or, toutes les découvertes démontrent qu’ils n’étaient pas si différents d’un homme « robuste » qui remonterait une rue de nos jours. Une des autorités dans le domaine, Erik Trinkaus, un paléoanthropologue de l’Université du Nouveau Mexique écrit:

« Les comparaisons détaillées effectuées entre les restes de squelette du Neandertal et ceux d’hommes modernes ont démontré qu’il n’existe aucune indication claire dans l’anatomie du Neandertal qui montre que les capacités locomotives, manipulatrices, intellectuelles ou linguistiques de celui-ci sont inférieures à celles des hommes d’aujourd’hui. » 86

Plusieurs chercheurs contemporains définissent l’homme du Neandertal comme une sous-espèce de l’homme moderne et l’appellent « Homo Sapiens Neandertalensis ». Les découvertes prouvent que les hommes du Neandertal enterraient leurs morts, fabriquaient des instruments de musique et partageaient des affinités culturelles avec l’Homo Sapiens qui vivait à cette même époque. Pour être plus précis, l’homme du Neandertal est quelqu’un de « robuste » dont la race est tout simplement disparue avec le temps.

Homo Sapiens archaïque, Homo Heilderbergensis et l’homme Cro-Magnon

L’Homo Sapiens archaïque est la dernière étape avant l’homme contemporain selon le scénario imaginé par les évolutionnistes. A vrai dire, les évolutionnistes n’ont pas grand-chose à dire à propos de ces hommes. Car, il n’existe que des différences très mineures entre eux et les hommes modernes. Certains chercheurs vont même jusqu’à dire que les représentants de cette race sont encore vivants à ce jour, en l’occurrence les aborigènes d’Australie par exemple. A l’instar de l’Homo Sapiens, les aborigènes ont des sourcils épais et saillants, une structure mandibulaire inclinée vers l’intérieur et une capacité crânienne légèrement réduite. De plus, d’importantes découvertes ont été faites indiquant que ce genre d’homme a vécu en Hongrie et dans certains villages d’Italie jusqu’à très récemment.

Le groupe qualifié de Homo Heilderbergensis dans les ouvrages évolutionnistes est en réalité le même que l’Homo Sapiens archaïque. La raison pour laquelle deux termes sont utilisés pour la même race humaine émane de la différence conceptuelle qui règne chez les évolutionnistes. Tous les fossiles inclus dans la classification d’Homo Heilderbergensis indiquent que les populations qui étaient anatomiquement similaires aux Européens modernes ont vécu 500 mille ans, voire 740 mille ans auparavant, premièrement en Angleterre puis en Espagne.

On estime que l’homme Cro-Magnon a vécu 30.000 années auparavant. Il a un crâne en forme de dôme et un front large. Son crâne de 1.600 cm3 est au dessus de la moyenne de l’homme contemporain. Son crâne est doté de sourcils épais et saillants en plus d’une saillie arrière qui caractérise tant l’homme du Neandertal que l’Homo Erectus.

Même si l’homme de Cro-Magnon est considéré une race européenne, la structure et le volume de sa boite crânienne ressemblent davantage à ceux que l’on trouve chez des races vivant en Afrique ou dans les Tropiques de nos jours. Partant de cette similitude, il est supposé que le Cro-Magnon est une race africaine archaïque. Certaines découvertes paléoanthropologiques ont démontré que les races d’homme Cro-Magnon et Neandertal se sont mélangées l’une à l’autre pour former les bases des races d’aujourd’hui. En outre, on s’accorde aujourd’hui à dire que les représentants de la race Cro-Magnon vivent encore dans diverses régions du continent africain et certaines régions françaises, comme la Salute ou la Dordogne. On peut également trouver des populations similaires en Pologne et en Hongrie.

69 David Pilbeam, « Humans Lose an Early Ancestor », Science, April 1982, pp. 6-7.
70 C.C. Swisher III, W. J. Rink, S. C. Antón, H. P. Schwarcz, G. H. Curtis, A. Suprijo, Widiasmoro, « Latest Homo erectus of Java: Potential Contemporaneity with Homo sapiens in Southeast Asia », Science, Volume 274, Number 5294, Issue of 13 Dec 1996, pp. 1870-1874; also see, Jeffrey Kluger, « Not So Extinct After All: The Primitive Homo Erectus May Have Survived Long Enough To Coexist With Modern Humans, Time, December 23, 1996.
71 Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower, New York: Toplinger Publications, 1970, pp. 75-94.
72 Charles E. Oxnard, « The Place of Australopithecines in Human Evolution: Grounds for Doubt », Nature, Vol 258, p. 389.
73 Holly Smith, American Journal of Physical Antropology, Vol 94, 1994, pp. 307-325.
74 Fred Spoor, Bernard Wood, Frans Zonneveld, « Implication of Early Hominid Labryntine Morphology for Evolution of Human Bipedal Locomotion », Nature, vol 369, June 23, 1994, p. 645-648.
75 Tim Bromage, New Scientist, vol 133, 1992, p. 38-41.
76 J. E. Cronin, N. T. Boaz, C. B. Stringer, Y. Rak, « Tempo and Mode in Hominid Evolution », Nature, Vol 292, 1981, p. 113-122.
77 C. L. Brace, H. Nelson, N. Korn, M. L. Brace, Atlas of Human Evolution, 2.b. New York: Rinehart and Wilson, 1979.
78 Alan Walker, Scientific American, vol 239 (2), 1978, p. 54.
79 Bernard Wood, Mark Collard, « The Human Genus », Science, vol 284, No 5411, 2 April 1999, p. 65-71.
80 Marvin Lubenow, Bones of Contention, Grand Rapids, Baker, 1992, p. 83.
81 Boyce Rensberger, The Washington Post, November 19, 1984.
82 Ibid.
83 Richard Leakey, The Making of Mankind, London: Sphere Books, 1981, p. 62.
84 Marvin Lubenow, Bones of Contention, Grand Rapids, Baker, 1992. p. 136.
85 Pat Shipman, « Doubting Dmanisi », American Scientist, November- December 2000, p. 491.
86 Erik Trinkaus, « Hard Times Among the Neanderthals », Natural History, vol 87, December 1978, p. 10; R. L. Holloway, « The Neanderthal Brain: What Was Primitive », American Journal of Physical Anthropology Supplement, Vol 12, 1991, p. 94.

Source : http://membres.lycos.fr/evolution8creation