Quand on enseigne aux prophètes à être tièdes…

L’enseignement que l’on reçoit généralement dans une église moyenne à propos des prophètes, de leur mission et de leur ministère est, soit inexistant, soit induit à faire croire que les vrais prophètes n’annoncent que de bonnes choses uniquement, avec des paroles encourageantes, d’une manière assez passive.

Dans les années 50-60 et même au début des 70, Dieu m’a utilisée puissamment à exercer le don de prophétie. Il m’a souvent conduite à exprimer de fortes réprimandes, hardies et même cinglantes contre l’attitude tiède, l’apathie et l’incrédulité. Parfois, Il accordait de puissantes paroles d’encouragement, pour ceux qui choisissaient de Le suivre de près dans la consécration et l’obéissance. Il m’a conduite à chanter parfois des chants d’amour de grande beauté. Mais, la plupart du temps, les paroles étaient des remontrances concernant une façon de vivre dissolue dans la désobéissance obstinée.

Je ne me suis jamais posé la question de savoir quel était mon rôle à cette période, j’aimais tant Dieu que j’étais disposée à Le laisser faire de moi ce qu’Il voulait. Je n’étais qu’une jeune adolescente lorsqu’Il a commencé à me parler, mais je L’aimais tellement, plus que ma vie même, que j’étais disposée à payer le prix pour laisser couler l’Esprit au travers de moi. Les pasteurs et les anciens n’ont pas remis en question ce don, cependant la congrégation me repoussait souvent en tant que personne et mettaient mes paroles en doute. J’étais quelqu’un de timide et de tranquille, le don de prophétie était exactement à l’opposé de ma propre personnalité.

Néanmoins, au début des années 1980, l’enseignement qui circulait sur l’onction prophétique a été « humanisé », la prophétie devenait gentille et bienveillante. Le Seigneur m’utilisa en cette période, j’ai voulu être enseignable en apprenant à adoucir les messages que je tentais d’apporter en essayant de terminer par une note positive. C’est alors que j’ai réalisé que les gens m’acceptaient plus facilement et le sentiment d’être appréciée me plaisait bien. (Je ne l’ai pas réalisé à ce moment-là, mais en regardant en arrière, c’était évident). De moins en moins de messages sont arrivés et on n’accordait plus trop de confiance aux prophéties, pourtant nous étions dans des églises charismatiques, mais on accordait peu de crédit aux dons de l’Esprit, même à la prophétie.

Un matin à 1h30, le Seigneur me réveilla et m’appela pour que je me tienne devant Lui. Il m’interpella et me poussa à m’examiner en profondeur et à me repentir, ce qui a débouché dans ma vie sur un nouvel engagement. J’ai ressenti la présence du Seigneur auprès de moi pendant plusieurs semaines et je me suis réchauffée et réjouie en Lui. J’étais comme quelqu’un qui sort du coma et qui revient à la vie. Il n’y avait rien de changé, mais j’étais renouvelée en Lui. Cela n’est pas arrivé dans le cadre d’une église et personne n’a prié pour moi, ni ne m’a imposé les mains. Jésus est venu dans mon salon et m’a touchée et renouvelée.

C’était en mars 1977, depuis lors, j’ai expérimenté une nouvelle puissance dans la révélation. Dieu m’a donné plusieurs visions et songes, de nombreuses révélations scripturaires et des directives claires. L’une en particulier était une prophétie pour l’Eglise qui montrait de grands bouleversements qui allaient se produire et pour lesquels nous devions nous préparer chacun en particulier en accédant au coeur de Dieu. La révélation continuait sur la période qui a suivi la Résurrection, alors que Jésus passait beaucoup de temps à marcher avec ses disciples, les enseignant et les encourageant. Il en sera de même avec Son Eglise avant Sa seconde Venue. Cette prophétie souligne la portée d’une vision que j’avais reçue concernant l’état de l’Eglise et l’action du Saint Esprit se manifestant juste avant son retour.

Il agira avec une onction puissante au travers et dans la vie de ceux qui auront eu le courage d’étendre leur foi et croiront en toutes ces choses, Lui permettant d’être à l’oeuvre, au point même de leur permettre d’être transportés physiquement par l’Esprit auprès de ceux qui ont besoin du salut et de la guérison. La révélation la plus importante fut celle de Jésus marchant devant nous de place en place pour encourager, oindre et fortifier d’une manière que je ne peux même pas exprimer. La gloire de Dieu reposait sur nous avec une telle joie que je ne l’ai pas encore expérimenté dans cette vie.

Voici quelques semaines, je fus réveillée par Dieu deux matins consécutifs, très tôt. Il m’appelait par mon nom et il me disait d’une voix inquiète: « Ils poussent mes prophètes à être passifs et tièdes. Je veux que tu sois enflammée et je veux que mes prophètes soient sans crainte et proclament ma Parole à voix haute, avec autorité. Pleure tout haut, n’épargne pas mon peuple, montre-lui ses transgressions. Quand bien même tu serais la seule à parler, ne te tais pas, continue et sois sans crainte, Je suis avec toi… »

Carole Phelps, publié sur la liste Revival