Un écran pour les gouverner tous

Un songe reçu en 1989
« Je voyais la Terre depuis le haut, où chaque être humain se trouvait devant un écran et semblait communiquer avec le reste du monde. A l’époque (1989) internet n’était pas aussi répandu, si bien que je pensais que cela concernait la TV, et que les hommes s’informaient au moyen des journaux télévisés.

Soudain parut dans le ciel une sorte de grande plate-forme, semblable à un radeau en bois. Elle descendit tout à fait silencieusement, mais de manière à ce que chacun puisse la voir. Il suffisait pour cela de lever les yeux vers le ciel.

Je réalisais alors que c’était le moment, que le Seigneur venait chercher les siens, qu’il suffisait de monter sur ce radeau pour avoir part à l’enlèvement. Je commençais à interpeller les chrétiens autour de moi, mais personne ne semblait intéressé par mon appel. Je me mis alors à pleurer, et à crier que c’était le moment de l’enlèvement. Quelques uns montèrent, mais si peu…

Au bout d’un moment, la plate-forme s’éleva dans les airs pour nous emmener dans un lieu d’attente. Je vis alors que la Terre était recouverte d’une immense toile d’araignée : c’était comme un réseau qui reliait entre eux tous les écrans et emprisonnait les hommes. Les gens passaient leur temps à communiquer entre eux, à « l’horizontale », et ne pouvaient plus communiquer avec Dieu, à la « verticale », ils en étaient empêchés par cette toile d’araignée monstrueuse, mais ne s’en rendaient même pas compte.

Le radeau nous emporta dans un lieu d’attente, comme un hall de gare, où nous pouvions nous restaurer. De là, nous avons alors vu la Terre : des êtres démoniaques commencèrent à sortir des écrans, et se mirent à tourmenter les hommes. La Terre fut soudain en proie au désarroi le plus total.
Je sais maintenant que cette toile d’araignée a quelque chose à voir avec le réseau internet. Que le Seigneur nous préserve de ce piège qui nous occupe au point de nous faire oublier que la seule « communication » indispensable est notre communication avec Jésus, qui bientôt revient chercher son Epouse. » 
I.D.

COMMENTAIRE
« Éprouvez toutes choses, retenez ce qui est bon » (1 Thes. 5/21). Ce songe reçu en 1989, qui est soumis à notre examen et à notre jugement, permet de se replonger dans la question de la fin des temps et de s’interroger sur le rôle spécifique d’internet en relation avec les événements finaux.
C’est un sujet sensible, à cause du fait que nous sommes de plus en plus nombreux à nous servir du réseau (51 % de foyers français), et que s’y développe également un espace chrétien de plus en plus large.

LE MONDE A CHANGE
Il faut se souvenir brièvement qu’en 1993, le world wide web ne représentait qu’ 1% du trafic d’Internet avec 500 serveurs recensés. 1994 a été l’année du lancement de Netscape et de Yahoo (crée par deux étudiants de Stanford et dont les initiales signifient « Yet Another Hierarchical Officious Oracle  » soit « Un oracle à classement hiérarchique officieux de plus »).
En 1998 enfin, lnternet peinait encore à s’enraciner dans les foyers français, et le minitel, lancé en 1981 (date du lancement du premier PC), trônait encore dans le salon.

UN ECRAN, POUR LES GOUVERNER TOUS …
Aujourd’hui, internet est capable du meilleur comme du pire, tout comme la télévision, et nous sommes bien contents de profiter de leurs avantages, pensant que nous saurons en gérer et contrôler le côté obscur.
On y parle de Dieu, car certains ont reçu la grâce d’instrumentaliser internet pour la cause du royaume de Dieu, alors que d’autres, plus nombreux … y perdent beaucoup de temps, s’égarent, s’enlisent, se souillent, et se retrouvent instrumentalisés par l’instrument …

Il est relativement incontestable que l’écran sous toutes ses formes est en passe de réussir une conquête sans précédent dans nos sociétés, en assurant une omniprésence dans nos vies professionnelles, le commerce, nos foyers, nos loisirs, notre culture, dans la vie de nos enfants, phagocytant discrètement mais efficacement notre temps — le capital important et précieux dont nous disposons pour rechercher Dieu, Le découvrir, Le connaître et Le comprendre. Notre temps de méditation, de réflexion personnelle, l’exercice de notre imaginaire, et de notre sens critique, l’acte de cultiver et de garder notre « jardin », l’esprit.
Ce phénomène « d’occupation » par l’écran autour de nous est finalement très récent ; en fait, il est en train de se produire sous nos yeux, et les « progrès » qu’il véhicule le rend difficile à suspecter.

UN ECRAN, POUR LES GOUVERNER TOUS …
ET DANS DES TENEBRES —RETRO-ECLAIREES, LES LIER

Comment ? Ceux qui ont des enfants et des adolescents comprendront aisément le raisonnement développé ici. Ces derniers sont des illustrations vivantes des nouveaux comportements inquiétants (avant de se transformer en dépendances) : ils communiquent en s’écrivant par SMS (messages textes sur leurs portables, dans une sorte de français phonétique régressif « Je sé pa tro coa te dir alor je vé te parlé de moa »), par MSN (conversations écrites instantanées sur leurs ordinateurs, même pathologie syntaxique), par mails (idem); leurs téléphones sont devenus capables de photographier et de filmer, et ils peuvent s’envoyer des fichiers par la technologie bluetooth ; ils surfent sur internet, ce qui ne représentent pas le moindre de leur captage de temps et enfin, enfin, ils consacrent une partie non négligeable de leurs loisirs à jouer à des jeux de plus en plus sophistiqués, qui les transportent dans des dimensions sensorielles excitantes et extatiques. Tout cela bien sûr en ayant les yeux rivés sur un écran, l’habitude et le réflexe de refuge créant un lien indiscutable.
Pour faire bonne mesure, ajoutons le temps consacré à la télévision, qui enseigne de fait, (dans ses dérives et ses excès), le voyeurisme, la moquerie, banalise la violence et à confondre la vérité avec les images, l’apparence (concept de télé-réalité).
Une seule des choses énumérées ici est-elle mauvaise en elle-même ? Il faut un réel discernement spirituel, et une bonne distance pour y répondre correctement. Ce qui est certain, c’est que leur accumulation, l’effet d’échelle obtenu et son impact sur l’âme doivent éveiller nos soupçons et susciter une réflexion approfondie.

Bientôt, pour toutes ces choses, un seul écran suffira, la visiophonie étant bientôt à la portée de tous, et ce jour-là, la moisson sera grande au milieu d’une génération préparée, manipulée et bluffée par la technologie, le nouveau dieu rassurant de l’avenir des hommes, que nos parents appelaient « le progrès » (et nos grands parents «l’industrialisation»), et qui doit depuis un siècle faire entrer l’humanité dans une nouvelle dimension.

LES DEUX TOURS : BABEL ET INTERNET

Internet occuperait incontestablement une place importante dans une éventuelle stratégie de manipulation du monde, dans un esprit directement inspiré de Babel, et du pays de Shinear, où, faut-il le rappeler, les hommes s’unissaient grâce au fait qu’ils parlaient une seule langue. Et qu’est-ce qu’une langue sinon un vecteur de communication (comme c’est objectivement le cas pour internet) ? D’une certaine manière, Internet ré-unit les hommes de toute race, de toute langue, sur des plate-formes aujourd’hui consensuelles : info, culture, commerce, communication personnelle, etc (aujourd’hui près d’un milliard d’internautes dans le monde). Mais demain, qui peut en prévoir l’instrumentalisation ?

Babel était un vaste projet (Genèse 11), formé par les hommes et destiné à rapprocher les hommes de l’époque afin «d’atteindre jusqu’aux cieux», métaphore d’un pouvoir sur-humain, ou encore dans une autre phraséologie similaire «afin d’être comme Dieu» : s‘affranchir des distances et du temps, de réunir une vaste communauté pour être plus forts, en un mot de s’élever au-dessus de certaines limites humaines, une manière pour le monde d’être UN, sans Dieu.
Il est impossible de penser que l’Eternel prit en compte l’énergie et la volonté des hommes de Babel, et qu’il les dispersa en confondant leur moyen de communication parce qu’Il pensait que rien ne les arrêterait dans leur projet … immobilier. Car on imagine mal la menace que représentait l’aboutissement du projet de construction d’une tour qui monte jusqu’aux cieux. Certains gratte-ciel ont depuis longtemps pulvérisé les records de Babel.
En réalité, c’est bien plutôt ce que représentait cette tour, et la potentielle instrumentalisation des volontés et de leur union qui était en question. Là réside un danger qui ne montrera son visage que lorsque l’ennemi abattra ses cartes. Certes, Dieu nous demande d’être un (Jean 17/22), mais avec Lui. Unis à Lui, puis ensemble. Toutes les autres unions des hommes, sans adhérence au Seigneur, sont des assemblages trop facilement détournables et instrumentalisables par l’esprit antichrist.

En quelques temps seulement (moins d’une décennie) les sociologues ont constaté l’émergence du pouvoir d’internet*, et des influences qui parcourent et agitent le réseau. Les années qui viennent affirmeront sans nul doute ce pouvoir, dont la proportion de «positif» aidera les hommes à accepter, comme toujours, la proportion de «négatif».
Les chrétiens qui se servent aujourd’hui de ce moyen de faire avancer le royaume de Dieu ont raison s’ils sont vraiment conduits par l’Esprit, et conservent leurs sens spirituels en alerte afin que la force de leur jugement spirituel demeure intacte.
Mais si la vision défendue ici se révèle exacte, il viendra une heure où il faudra laisser toutes ces choses, sans un regard en arrière, pour reprendre la direction de la montagne de Dieu.
Car le temps passé à chercher Dieu, à connaître Dieu, à penser aux choses qui sont en haut (Colossiens 3/2), à remplir nos vases d’huile (Matthieu 25), à prier et à servir pendant qu’il fait jour est INDISPENSABLE à notre salut et à notre sanctification, sans laquelle nul ne verra le Seigneur (Hébreux 12/14).

Cette lettre est une invitation à la réflexion, et en aucune manière une ènième tentative de diabolisation simpliste. Que chacun puisse prendre le temps ( !) de réfléchir, et que nous nous affermissions mutuellement à travailler à notre salut avec crainte et tremblement (Philippiens 2/12).

LE SARMENT, Jérôme Prekel, Août 2006
Vous pouvez réagir en répondant à
le-sarment@wanadoo.fr

* Sources :
http://www.chemla.org/textes/hinternet.html

http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=multimedia/20030311.OBS7991.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/

http://dmoz.org/World/Français/Santé/Dépendances/Internet/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dépendance_au_jeu_vidéo

http://www.jeu-excessif.ch/pages/C-01.htm

http://www.hoaxbuster.com/hoaxcenter/dangers.php

http://www.bibleetnombres.online.fr/internet.htm