Le Sabbat

Le Sabbat (Article de Blogdei)

 Ces derniers temps, plusieurs essayent de me convaincre que je devrais suivre le sabbat.

C’est à dire, me reposer le samedi.
Or comme je n’ai jamais été convaincue de ceci dans ma vie de chrétienne, j’ai recherché dans la bible, afin de pouvoir répondre à leurs affirmations. (comme les chrétiens de Bérée)

Généralement on m’affirme que :
Jésus n’est pas venu abolir la loi (mais l’accomplir et donc qu’il faut suivre le 4ème commandement qui est le sabbat)
qu’aucun verset ne parle d’abolition du sabbat (dans le nouveau testament)

Oui, oui, mais à ma connaissance aucun verset ne dit qu’il faudrait suivre le sabbat. (Et pour l’instant aucun « sabbatiste » n’a pu me montrer une seul verset qui le dirait)

Tous les versets dans le nouveau testament qui parlent du sabbat en parlent soit :
comme une référence de temps, indication de « date » (le calendrier, tel que nous le connaissons n’existait pas encore, et le sabbat est le seul jour de la semaine qui a un nom dans le nouveau
testament)

pour dire que les juifs suivaient le sabbat (pas les chrétiens : Jésus, disciples/apôtres mais uniquement les juifs)

pour dire que Jésus, les disciples-apôtres enseignaient dans les synagogues (oui, car il y avait justement beaucoup de juifs rassemblés dans les synagogues le jour du sabbat et ils y faisaient de l’évangélisation.
Mais à ma connaissance à aucun moment, il n’est écrit dans le NT, qu’ils
se seraient rassembler pour « suivre* le Sabbat)

Par contre, c’est tous les jours que Jésus et/ou les disciples/apôtres, se réunissaient (montaient TOUS les jours au temple, partageaient le pain TOUS les jours, etc. Pour parler de tous les jours de la semaine, il y a de nombreux versets)

Les versets sur ACCOMPLIR toute la loi disent :

Romains 13:8-10 celui qui aime les autres a accompli la loi
En effet, les commandements : Tu ne commettras point d’adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu’il peut encore y avoir, se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
l’amour est donc l’accomplissement de la loi.

Galates 5:14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même

Galates 6:2 Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ.

Jacques 2:8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien.

Plusieurs fois le nouveau testament décrit ce qu’est le ou les commandement(s). (Car ce mot ne désigne pas toujours la même chose)

Jésus donne un nouveau commandement (Jean 13:34 : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimé)
Dans les versets qui suivent (ou qui précèdent) une exhortation à garder TOUS les commandements, une description du (ou des) commandement(s) est donnée plusieurs fois.
On ne peut pas sortir un verset de son contexte. Exemples :

Jean 15:10 gardez mes commandements,
15:12 C’est ici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

1Jean 2:4 Celui qui (…) ne garde pas ses commandements, est un menteur, (…)
2:8 Toutefois, c’est un commandement nouveau que je vous écris,
2:10 Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui.

Aucune occasion de chute en aimant, oui, car celui qui aime son prochain :
ne vole pas son prochain qu’il aime
ne tue pas son prochain qu’il aime
ne trompe pas son prochain qu’il aime
se réjouit de ce que possède son prochain qu’il aime (le contraire de convoiter)
etc, etc
et toujours pas de Sabbat et pourtant AUCUNE occasion de chute (= demeure = est toujours dans la lumière).

Plusieurs fois le nouveau testament décrit ce qu’est la loi. (Et, à ma connaissance, Jésus ne parle de Sabbat lorsqu’il décrit ce qu’est la loi). Exemples :

Matthieu 19:18-19 = Marc 10:19 = Luc 18:18-20
Et Jésus répondit :
Tu ne tueras point ;
tu ne commettras point d’adultère ;
tu ne déroberas point ;
tu ne diras point de faux témoignage ;
honore ton père et ta mère ;
tu aimeras ton prochain comme toi-même.
??? (on ne trouve pas de point qui parlerait du sabbat)

Matthieu 5:17-20
Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.
Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de
lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.
Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à
faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ;
mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là
sera appelé grand dans le royaume des cieux.
Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous
n’entrerez point dans le royaume des cieux.

Et Matthieu 5 est certainement le chapitre de la bible où Jésus a parlé de la loi de façon la plus étroite, la plus sévère. Et nous voyons qu’il ne faut RIEN faire disparaitre de la loi.

Mais si nous lisons ce qui suit Matthieu 5:17-20, la description de cette loi, à aucun moment Jésus ne dit qu’il faudrait suivre le Sabbat et pourtant, ce chapitre se termine par : être parfait.

On pourrait encore rechercher dans Tites et Timothée, ce qui est demandé de faire et d’être pour être évêque ou ancien. Et de mon coté, je n’ai pas découvert qu’il leur serait demandé de pratiquer le Sabbat.

Et personnellement, je trouve bien plus facile de me reposer un jour complet par semaine, que d’aimer tous, tous du même amour que Jésus m’a aimé, de bénir mes ennemis. Tout ce qui est énuméré dans Matthieu 5 me semble bien, bien plus difficile (contraignant) que de me reposer.

Et surtout, pour moi, Jésus est « mon » Sabbat, mon repos, et c’est TOUS les jours depuis la nouvelle alliance que c’est le Sabbat. (Chaque instant de chaque jour ! ))) )

Matthieu 11:28- 29 Venez à moi (JESUS) , vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes

Hébreux 4:9-11 Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos

Marc 2:27 Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat

et … ne jugeons pas ceux qui ne feraient pas comme nous ! Et même … ne nous laissons pas juger par ceux qui ne feraient pas comme nous ! )

Colossiens 2:16 Que personne donc ne vous juge au sujet (du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune), ou des sabbats

Bien que par amour pour un frère, un prochain, afin de ne pas discutez en vain, parce que pour lui, c’est super important, pour ne pas être « en scandale », c’est à dire pour ne pas choquer mon frère, mon prochain, je pense que nous devrions tous pouvoir suivre le Sabbat. Simplement pour accompagner un frère, un prochain, par amour pour lui.

Et … le contraire aussi : ne pas le suivre pour accompagner un frère, un prochain, par amour, afin que le plus grand nombre soient sauvés, dans l’intérêt de l’autre.

Je me suis permise de continuer tout au long du chapitre de parler des jours, comme au début et donc d’ajouter entre parenthèse ce qui concerne les jours.

Romains 14

Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.
Tel croit pouvoir manger de tout : tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes.
Que celui qui mange (ou fais des différences entre les jours) ne méprise point celui qui ne mange (ou fais des différences entre les jours)pas, et que celui qui ne mange (ou fais des différences entre les jours)pas ne juge point celui qui mange, (ou fais des différences entre les jours)car Dieu l’a accueilli.
Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir.
Tel fait une distinction (une différence) entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.
Celui qui distingue (fait une différence) entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu ; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu.
En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même.
Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.
Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.
Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu.
Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, Tout genou fléchira devant moi, Et toute langue donnera gloire à Dieu.
Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.
Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute.
Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure.
Mais si, pour un aliment, (en faisant des différences entre les jours ou le contraire) ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour : ne cause pas, par ton aliment, (en faisant des différences entre les jours ou le contraire) la perte de celui pour lequel Christ est mort.
Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie.
Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, (la différence ou non entre les jours) mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit.
Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes.
Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification de chacun.
Pour un aliment, (pour un jour) ne détruis pas l’oeuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures ; mais il est mal à l’homme, quand il mange, (pour un jour) de devenir une pierre d’achoppement.
Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être (c’est à dire de ne rien faire) pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse.
Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu’il approuve !
Mais celui qui a des doutes au sujet de ce qu’il mange est condamné, parce qu’il n’agit pas par conviction. Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché.

1Corinthiens 10

Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui.
Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ;
car la terre est au Seigneur, et tout ce qu’elle renferme.
Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez aller, mangez de tout ce qu’on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience.
Mais si quelqu’un vous dit : Ceci a été offert en sacrifice ! n’en mangez pas, à cause de celui qui a donné l’avertissement, et à cause de la conscience.
Je parle ici, non de votre conscience, mais de celle de l’autre. Pourquoi, en effet, ma liberté serait-elle jugée par une conscience étrangère ?
Si je mange avec actions de grâces, pourquoi serais-je blâmé au sujet d’une chose dont je rends grâces ?
Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu.
Ne soyez en scandale ni aux Grecs, ni aux Juifs, ni à l’Église de Dieu,
de la même manière que moi aussi je m’efforce en toutes choses de complaire à tous, cherchant, non mon avantage, mais celui du plus grand nombre, afin qu’ils soient sauvés.

 

Blogdei