Découvertes archéologiques à Bet El

Le site de la localité juive de Bet El, dans la région de Binyamin, semble déceler des trésors archéologiques dont on ignorait apparemment l’existence jusqu’à ce jour. L’archéologue Binyamin Har-Even a indiqué dans le journal local de la semaine de Shavouoth que de nouvelles fouilles avaient lieu à l’heure actuelle sur un terrain proche de la base militaire.

Il a précisé que certaines découvertes intéressantes avaient été faites lors de travaux d’infrastructures réalisés dans le nouveau quartier de Maoz Tsour. Il a ajouté que le terrain avait été recouvert par le passé de ciment, vraisemblablement à l’époque du mandat britannique, lorsque le campement militaire avait été construit. Ces travaux avaient dissimulé les vestiges en sous-sol qui viennent donc d’être redécouverts.

L’archéologue a encore indiqué que des premières fouilles avaient été effectuées au cours du XIXe siècle par des chercheurs britanniques qui avaient alors estimé que le site était un ancien village érigé à l’époque byzantine et lors de l’émergence de l’Islam.

En creusant le sol, les archéologues ont retrouvé les traces d’anciennes cités ayant existé à diverses époques de l’histoire d’Israël. D’après les découvertes faites sur les lieux, le premier village, habité par des Hébreux, aurait vu le jour à l’époque du Second Temple, et plus précisément au second siècle avant l’ère chrétienne, c’est-à-dire lors du règne des Hasmonéens (Hashmonaïm).

Les chercheurs ont trouvé des pièces de monnaie de l’époque, frappée lorsque le roi de Judée Alexandre Yanaï était sur le trône. Ils ont également déterré des poteries en céramique et d’autres pièces de vaisselle. On ignore à quel moment la vie du village a pris fin, il est possible que ce soit à l’époque de la révolte de Bar Kohba. Certaines questions pourraient être résolues au cours de nouvelles fouilles.

Binyamin Har-Even a indiqué en outre que le village a sans doute été laissé à l’abandon pendant une période de 250 ans avant de renaître à l’époque byzantine, avec une population égyptienne. Les archéologues ont retrouvé la trace d’une église et d’habitations sur place, dont le sol était parfois recouvert de mosaïque.

Les lieux ont ensuite été occupés par une nouvelle population, au VIIIe siècle, sous la dynastie des Omeyyades comme en témoignent les vestiges d’un établissement de bain, avant d’être totalement abandonnés jusqu’aux temps modernes. L’archéologue souligne en conclusion que ces recherches permettent d’imaginer les nombreuses civilisations qui se sont succédées à cet endroit avant de disparaître.