Comment les accueillir

Les Témoins de Jéhovah occupent une place prépondérante dans le panorama des groupes religieux aujourd’hui en raison de leur caractère international et de leur nombre. A eux seuls, en effet, ils comptent en France plus d’adeptes que toutes les autres sectes réunies.

D’autre part, on les retrouve partout sur le terrain. Ils sont présents et agissants en toute occasion : épreuves, deuils, etc… Chacun a reçu leur visite à son domicile.

C’est pourquoi, après la parution en novembre dernier d’une fiche à caractère descriptif les concernant, il a paru nécessaire d’en consacrer deux autres à tonalité plus pastorale et donc plus pratique. La présente étude de ce mois de janvier 2001 veut répondre à la question souvent posée “Comment accueillir les Témoins de Jéhovah ?”.

La prochaine traitera, d’une part, de l’entrée d’un proche chez les Témoins et, d’autre part, de l’accueil et de l’accompagnement des ex-adeptes.

Accueillir ou non ?

Il est prudent de conseiller aux personnes dans l’isolement, la difficulté ou le trouble, ainsi qu’à toutes celles n’ayant pas de formation biblique suffisante de ne pas accepter de discussion avec les témoins de Jéhovah. Ils sont très habiles à exploiter souffrance et ignorance pour convaincre.

Dès la première visite, un refus poli mais ferme s’impose.

Dans les autres cas, et sous plusieurs conditions, l’accueil des témoins de Jéhovah par un chrétien solidement ancré dans sa foi est souhaitable : le témoignage de sa foi pourra interroger leurs a priori et permettra peut-être l’amorce ou la poursuite d’un cheminement souterrain.

Mais il faut savoir que les témoins de Jéhovah qui frappent à une porte ne viennent pas pour dialoguer mais pour convaincre. Ils vont mettre en œuvre les techniques de persuasion apprises. Ils ne chercheront pas à comprendre le point de vue de l’interlocuteur (forcément dans l’erreur puisque sous la domination de Satan) mais seulement à répondre à ses objections.

Les conditions d’une vraie discussion sont donc exclues ; restent à déterminer celles d’une réelle rencontre possible malgré tout.

Sous quelles conditions accueillir ?

Dans tous les cas

Prévoyez de ne pas les accueillir seul.

Refusez absolument de faire avec eux l’étude de leurs ouvrages (doigt dans un engrenage stérile) même si vous acceptez une revue.

Evitez l’agressivité, l’ironie, la suffisance, les propos blessants. D’une part, ils sont immunisés. De plus une telle attitude les conforte dans l’idée qu’ils sont persécutés parce que dans la vérité. Enfin, elle rendrait d’autant plus difficile une éventuelle démarche de prise de conscience de leur erreur.
Soulignez plutôt que nous sommes tous en recherche de la vérité et que les détours font souvent partie d’une démarche sincère.

Restez, respectueux de la personne, attitude chrétienne due à chacun quel qu’il soit. Votre visiteur est une personne induite en erreur et non un adversaire religieux. Proposez une relation humanisante, chaleureuse, une main discrètement tendue pour l’avenir…

Dès le début de l’entretien, vos visiteurs tenteront de vous déstabiliser en vous “prouvant” Bible à l’appui, que la doctrine catholique est fausse. Dans un répertoire d’une dizaine de sujets, ils choisiront ceux où ils vous sentent plus réceptifs. Ne vous laissez pas prendre au dépourvu. Soyez prêt à leur répondre clairement. Une documentation de base vous y aidera (1).

Refusez toute polémique, vous seriez vite dépassé. Le témoin de Jéhovah a reçu un entraînement très performant pour vous faire entrer dans son raisonnement.
Ne cherchez pas à convaincre : il n’exprimera jamais un doute ni une remise en question de sa doctrine devant vous, car il s’exposerait à l’extermination divine. Essayez plutôt de le faire réfléchir, de l’amener à s’interroger, autant par le TEMOIGNAGE de votre foi personnelle, que par les questions exigeantes que vous lui poserez.

Refusez ou reportez à plus tard le débat sur un sujet que vous n’auriez pas préparé au préalable.

Contournez leur injonction de lire tel passage de la Bible devant eux. C’est une tactique qui vous pose en élève sous la direction d’un maître. Invitez les plutôt à faire eux-mêmes la lecture en question.

Ne vous laissez pas impressionner par leur apparente connaissance de la Bible. S’ils peuvent citer un certain nombre de versets avec leurs références, ils répètent toujours les mêmes et ne connaissent que ceux-Ià. Votre connaissance des Ecritures (surtout du Nouveau Testament) est bien plus complète.

Ne leur laissez pas le monopole de la parole. Prenez calmement l’initiative de la discussion. Ne les laissez pas détourner la conversation sur un sujet périphérique ou diverger vers une attaque, quand ils se sentent en difficulté.

Ne formulez jamais de critiques directes, ce qui les mettrait sur la défensive et dans la méfiance. Favorisez plutôt une situation de réflexion.

Portez dans la prière chaque rencontre et chaque personne rencontrée. Priez avec persévérance pour la conversion de ce frère, car rien n’est impossible à Dieu.

En toutes circonstances, avec les témoins de Jéhovah, soyez vrais, gardez votre sang froid, restez courtois et AIMEZ- LES.

Si vous acceptez au moins UNE rencontre

Fixez avec eux un rendez-vous à une heure où vous serez disponible et préparez-vous à cette rencontre, éventuellement avec d’autres.

Accueillez-les avec cordialité, allez à la rencontre de la personne au-delà du personnage qui joue son rôle. Proposez-leur de ne pas entrer tout de suite dans le débat doctrinal mais de faire d’abord connaissance ; Présentez-vous, votre vie familiale, professionnelle et intéressez-vous à la leur. Favorisez un climat d’écoute.

Ecoutez le témoignage de leur conversion à “la vérité” ; partagez votre expérience de croyant, votre vie de foi vécue en lien avec toute l’Eglise. Témoignez (sans vous mettre en avant) de votre amour de Dieu et du prochain et de vos engagements qui en découlent. S’ils savent approximativement ce que vous croyez, ils ne savent pas que vous en vivez. On les a convaincus de votre hypocrisie et de votre ignorance de la Bible. Ils sont persuadés être les seuls à ne pas vivre dans le vice.
Le témoignage de votre foi vivante, vécue humblement dans des actes librement choisis, et dans l’obéissance explicite à la Parole de Dieu, ne peut que les interroger en profondeur.

Recentrez toujours la conversation sur le terrain du vécu. Posez-leur des questions pour les faire réfléchir sur ce qu’ils vivent. Interrogez chacun sur ses aspirations profondes pour le moment présent. Partagez votre besoin à vous de rencontrer et de pratiquer entre frères chrétiens des valeurs telles que la compassion, le respect, la confiance, la liberté d’expression (notions exclues chez eux).

Orientez la discussion sur les motivations réelles de l’engagement : LA PEUR OU L’AMOUR (non au plan doctrinal mais au niveau du vécu intérieur de chacun).
Si possible essayez de réfléchir avec eux :

la peur nous rend-elle libre ?
peut-on aimer sans liberté ?

Vous pouvez dans un deuxième temps (et à condition de vous y être sérieusement préparés) aborder un point précis de leur doctrine en leur indiquant, références à l’appui, que la Parole de Dieu vous interdit de partager leur point de vue et donc de les rejoindre.

Une deuxième rencontre sera peut-être nécessaire ; mais sachez que vous êtes désormais fichés et qu’ils reviendront (eux ou d’autres) surtout si vous acceptez une revue.
Si vous êtes prêt à aller plus loin

Si vous avez établi un climat de confiance au préalable, vous pouvez les inviter à répondre à des questions les concernant ; ils ne refuseront pas.

Informez-vous, documentez-vous sur leur doctrine, leur histoire, leurs dirigeants (2).

Fixez avec eux à l’avance le sujet de la discussion et préparez-Ie avec rigueur.

Vous pouvez aborder :
Des points litigieux de leur doctrine (pas plus d’un à chaque rencontre) pour les confronter avec eux à la Parole de Dieu. Il s’agira d’annoncer une Parole, sans se laisser entraîner dans une bataille à coups de versets bibliques.
La question des versets controversés dans leur traduction de la Bible. Faites en l’inventaire avec eux. Pourquoi ces versets et non les autres ? Questionnez-les sur le sens à donner à ce choix. Proposez-leur de soumettre la traduction de l’original à des professeurs de grec (de lycée ou d’université).
Un questionnement sur leurs dirigeants, l’histoire de leur Organisation pour les amener à s’interroger sur ce qui est pour eux l’autorité suprême : la Parole de Dieu ou la Tour de Garde.
Il s’agira pour vous, de tenter de mettre en route dans leur esprit une dynamique d’interrogation personnelle, de les encourager à réfléchir, de les aider à se réapproprier leur conscience, leur jugement, leur responsabilité. Cela ne pourra se faire que par le biais du questionnement.

Posez des questions précises. Réitérez-Ies s’il le faut. Exigez des réponses.

Mentionnez clairement et sans faiblesse votre point de vue et celui de l’Eglise depuis 2000 ans.

Laissez le témoin de Jéhovah tirer lui-même ses propres conclusions.

Ne les « assommez » pas dès le début de vos rencontres par des arguments massifs qui risquent de décourager leur démarche. Permettez-leur de cheminer progressivement.

Tout ce « travail » n’aura d’intérêt que conjoint à un témoignage permanent de votre part. En toute occasion, manifestez votre attachement à la Parole de Dieu. Montrez leur un visage d’Eglise différent de la caricature qu’on leur donne.

Ne cherchez pas à « voir » les résultats de votre “travail ». Respectez le secret d’un cheminement qui est souvent très long. La conversion n’appartient qu’à Dieu ; il en est le seul maître d’œuvre. Priez-Le, et. ..risquez la gratuité.

Bibliographie

Accueil des Témoins de Jéhovah
N. Hesse et J.F. Blanchet “Si des Témoins de Jéhovah viennent vous voir” Téqui 1992, 120 p.
Jean Vernette “Sectes, que dire ? que faire ?” Salvator 1994, p. 65 à 100

Analyse critique de la doctrine
Christian Piette “Témoins Oui de Jéhovah Non” Bethel 1989, 300 p. (Librairie protestante)

Historique
Bernard Blandre “Les Témoins de Jéhovah, un siècle d’histoire” DDB 1992, 142 p.

Versets bibliques falsifiés
Ken Guindon “Les Témoins de Jéhovah, l’envers du décor” Téqui 1991, 150 p.
Pierre Oddon “Les Saintes Ecritures – TMN, une falsification” Diffusion de l’Evangile (70 rue de la Gardiette – 13013 Marseille)

Fausses Prophéties
Pierre Oddon “Les Témoins de Jéhovah. Faux prophètes du XXe siècle” brochure Diffusion de l’Evangile (70 rue de la Gardiette – 13013 Marseille), disponible en permanence.

Témoignages
Ken Guindon “La vérité vous rendra libres” Pneumathèque 1989, 114 p.
Charline Delporte / A.D.F.I. “Les Témoins de Jéhovah – Les victimes parlent” Fayard 1998, 400p.

Ouvrages Généraux
M. Introvigne “Les Témoins de Jéhovah” Brepols 1991 – Col. Fils d’Abraham
René Roy “Les Témoins de Jéhovah – Entrée facile,sortie difficile” Novalis 1996, 142 p.