Michaël

J’ai ciré les bancs de l’Eglise

Originaire du nord de la France, j’ai vécu plus de vingt ans dans le Denaisis, là où j’ai toujours entendu parler de Dieu. Comme on dit dans le jargon  » J’ai ciré les bancs de l’Eglise « . Dieu, je le connaissais de nom, mais cela n’allait pas plus loin. Je faisais ma vie comme bon me semblait. Un jour, un de mes oncles m’a téléphoné à la veille d’une opération que je devais subir. Au cours de la discussion que nous avions, il m’a posé cette question :  » Es-tu prêt à rencontrer Dieu ? « .
A ce moment précis, j’ai découvert que je n’avais aucune espérance après la mort. Nous avons prié ensemble, et là, j’ai accepté Jésus comme mon sauveur et Libérateur. Le lendemain, après l’opération, le chirurgien est venu voir mon père et lui a dit :  » Votre fils va bien, mais encore deux jours d’attente et cela aurait pu être fatal « . J’ai remercié Dieu de m’avoir gardé et d’avoir permis que je le rencontre au travers de cette épreuve.
Maintenant cela fait sept ans que nous sommes à l’Eglise de Compiègne. Je dis  » nous « , car j’ai rencontré ma femme dans cette région et nous avons aujourd’hui deux enfants.
Après avoir pris le temps de m’intégrer, j’ai décidé de mettre au service de l’Eglise mes connaissances en musique. Nous avons donc créé un groupe de musique dont les premières répétitions ont été quelque peu laborieuses, on va dire que ce n’était pas le  » top  » ! D’ailleurs, le nom que nous nous sommes donnés  » Les désaccordés  » démontre bien le niveau que nous avions. Cependant, le groupe était motivé et notre but a toujours été de louer Dieu avec nos instruments, de pouvoir enrichir les moments de chants le dimanche et, éventuellement, de participer à d’autres manifestations…
La persévérance a fait qu’aujourd’hui nous nous réunissons toutes les semaines depuis cinq ans, avec toujours la même motivation, et aussi plus de qualité ! Nous avons pu participer à des soirées d’évangélisation, ce qui nous a permis de sortir de notre cercle habituel.
Nos projets actuels sont d’aller à le rencontre d’autres Eglises, de participer davantage à des soirées et de commencer à nous équiper au niveau  » sonorisation  » avec toujours le même but  » Louer Dieu et annoncer au travers du chant la Bonne Nouvelle « .

Michael Morelle